02 40 99 00 35

Nos conseils pour choisir votre mobilier liturgique

La liste du mobilier religieux est longue : banc, autel, chaises, lutrin, confessionnal... Et il n'est pas si facile de s'y retrouver et de faire le bon choix. Que ce soit en termes de qualité, de finition ou de cohérence esthétique lorsqu'il s'agit de renouvellement. Le bureau Jean-Sebastien Brunet vous donne ses meilleurs conseils pour bien choisir le mobilier de culte.

Conseil en Mobilier liturgique

Chaque projet de mobilier d’église est différent

Ces quelques conseils sont là pour vous aider à vous y retrouver dans l’ensemble des offres pour l’aménagement de votre église ou chapelle. Néanmoins votre lieu de culte est unique, nous sommes présent à vos côtés pour répondre à toutes vos attentes en termes d’aménagement et mobilier.
Contactez-nous pour une réponse sur-mesure 

De la conception à l’implantation du mobilier liturgique

La conception et l’emprise au sol des meubles qui se trouvent dans le chœur de l’église comptent dans le choix du mobilier liturgique. La circulation des personnes selon la liturgie de l’église, un nombre important d’enfants de chœur qui oblige à éviter les autels trop imposants…  « être coincé » dans les mouvements, selon les différentes célébrations, mariages, communions, baptêmes, funérailles, ordinations selon les tailles des différentes églises.

Pour faire son choix, il est indispensable de vérifier la dimension du mobilier d’église selon la taille et la dimension du chœur de l’église ou de la chapelle et de vérifier si le futur mobilier aura sa place…
Que cherche- t-on à mettre en valeur ? Pourquoi voulons-nous garder certains symboles ou en enlever d’autres très simple à comprendre ?

Il faut éviter de se retrouver avec un aspect « brocante »

Pour une personne qui va à l’église que de temps en temps ,un lieu plus beau, plus confortable pourrait peut-être aussi participer à l’envie d’y aller plus souvent pour prier ?

Dans certaines églises on conserve parfois des pièces très anciennes qui n’étaient pas prévues dans le mobilier liturgique .On a du mal à les intégrer dans ce mobilier.On les garde car elles nous ont été données par un bienfaiteur . Sans remettre en cause le don et sa valeur ,ces pièces ne correspondent pas forcément au lieu et à la fonction que l’on veut lui donner. Tout est bon à condition de rester libre. Des textes de la Bible évoquent cette liberté comme par exemple « vin nouveau », « vieille outre », « la pièce de tissu » etc … Dans tous les cas que ce soit un don de mobilier ou un achat, la pièce doit s’accorder à la ligne générale du mobilier déjà existant sinon ça n’a pas de sens.
Notre devoir de conseil d’artisan chrétien est de préférer dire d’attendre que le projet soit plus défini et de ne pas rajouter un autel, un pupitre, un ambon qui n’aurait pas d’unité avec le reste du mobilier d’église. Il faut redonner un sens dans l’esthétisme du mobilier d’église selon la liturgie de l’assemblée des fidèles du lieu.

Du mobilier pas cher reste toujours trop cher. Il est important de se poser des questions sur la qualité des matériaux choisis, leur épaisseur, la qualité des assemblages et de la finition et il faut favoriser l’artisanat et les artisans qui ont un savoir-faire et qui aiment leur métier. Mieux vaut attendre d’avoir le budget et souvent ce n’est pas tellement plus cher.
Nous conseillons donc de prendre le temps de la réflexion pour le choix du style.

On peut récupérer certains mobiliers, il n’y a pas de règle. C’est la qualité de l’objet qui déterminera le choix. C’est la beauté de la pièce qui est prise en compte mais pas sa valeur marchande car le mobilier doit correspondre au lieu.

Quand nous faisons un aménagement d’un lieu de culte ou toute autre étude, on nous encourage souvent : « travaillez bien ». Nous répondons : « merci de votre prière ».

De même dans la création de mobilier d’église pour une communauté religieuse, nous demandons leur prière pour être bien inspirés dans le choix de ne pas faire du « trop compliqué ». Nous devons trouver la ligne juste en sortant d’une zone de confort et de facilité, type fabrication industrielle avec un modèle qui ne correspond pas et qui arrange les actionnaires de ce genre de société.

De la création dans la simplicité.
Remettre les choses dans l’ordre, l’ordre des priorités.
Il ne peut y avoir un bel aménagement si dès le début il n’existe pas une sincère relation de confiance et de respect des lieux et des personnes pour qui nous travaillons.

L’emplacement du mobilier de chœur

En ce qui concerne l’autel : il faut penser à la sécurité des marches, aux génuflexions du prêtre et autres impératifs de la liturgie .
Pour l’ambon : il faut choisir son emplacement, sa taille son style et autre. Même problématique pour l’ensemble de présidence, en résumé beaucoup de données à prendre en compte.

L’autel a une place généralement facile à trouver mais parfois le choix de sa hauteur n’est pas toujours aisé. Si vous discutez avec des personnes de petite taille… ou d’autres plus grandes, la question de la hauteur sera déjà épineuse… Il y a toujours une hauteur que nous vous conseillons. Si vous avez un prêtre d’une certaine taille, il est parfois bon de se rappeler que nous ne sommes que de passage… Soyez dans la mesure correspondant à un maximum de personnes.

L’emplacement de l’ambon ? à coté de quoi ? à gauche ou à droite de l’autel ? la question que posent beaucoup de personnes. Personnellement nous pensons qu’il faut se libérer de certaines contraintes et simplifier.

Parfois on trouve un orgue à un certain endroit, indéplaçable… emplacement de la chorale ? Le regard croisé du prêtre pour la gestion du chantre etc…

La hauteur du dossier de l’ensemble de présidence, sa dimension… pour répondre uniquement sur l’aménagement du chœur si l’ambon est à gauche, l’ensemble présidence doit être sur la droite ou inversement.

… le chantre : son pupitre doit être plus léger et discret.

Tout cela doit trouver un équilibre dans le chœur de l’église avec le mobilier liturgique adapté et le choix esthétique du style du mobilier liturgique, des matériaux, l’harmonisation et l’accord entre les équipes liturgiques et les  économes.

Le budget pour choisir son mobilier liturgique

Choisir le budget, le définir selon vos moyens, quels moyens se donne-t-on ?

Se laisser du temps pour un bel investissement et faire le choix du beau n’est pas dépenser des sommes folles pour l’aménagement d’église.

Soit vous le faites par rapport à vos moyens qui très souvent ont une limite définie…à tort ou à raison c’est une question de point de vue. Il est évident que l’on doit dépenser en prenant en compte la qualité, la beauté, la fonctionnalité sans tomber dans l’ostentatoire et dans le respect des dons.

La dépense est-elle proportionnée à mes moyens, au lieu etc… ?

Le plus juste est de regarder le style qui peut aller, la forme et les matériaux et de voir le prix qui en découle. Si vous trouvez le style plaisant pour vous mais vous n’aviez prévu ce prix, demandez que l’on vous propose des variantes de ces différentes offres. Evidemment on jouera avec les matériaux massifs, plaqués, les épaisseurs, le choix des essences, du hêtre, frêne, chêne ou toutes autres essences de bois que vous aurez choisies pour réaliser votre mobilier d’église ou tout autre mobilier.

1er prix

Un style simple gamme

 

La vraie question est premier prix par rapport à quoi ? Simplicité ou réduire la qualité ? Que recherchez-vous ?

Vous avez besoin du mobilier d’église : d’un ambon, d’un pupitre, d’un fauteuil de présidence, d’un autel, de bancs de chaises. Dans tous les cas une unité de style dans le futur mobilier ainsi que leurs fonctions est nécessaire.

Parfois certaines personnes veulent une référence vue sur notre site internet car ce mobilier semble leur correspondre. C’est souvent dommage, car du sur-mesure ne couterait pas plus cher que certains standards fabriqués en masse. Nous sommes fabriquant de bancs, de chaises, ensemble de présidence, d’autels, ambons, pupitres, de tout autre mobilier d’église. Vous êtes libres de choisir vos mesures, on ne doit pas vous imposer des dimensions et des références déjà existantes. 

La qualité de l’entreprise artisanale ou industrielle : savoir vous proposer le mobilier qui vous correspond et non pas ce qui l’arrange.

2ème prix

Un style milieu de gamme

 

Le mobilier liturgique sera alors un modèle adapté aux différents lieux de culte :  temples, églises orthodoxes, synagogues, chambres funéraires, chapelles, oratoires, églises. N’hésitez pas à nous contacter, nous vous donnerons la démarche à suivre pour bien choisir.

3ème prix

Un style haut de gamme par la différence des matériaux

 

Cette fois, vous avez un projet sur-mesure. vous aurez naturellement besoin d’aide. Un bureau d’étude, comme le notre, sera à votre disposition pour réaliser des études, croquis et même plan informatique (exemple Autocad).

Il vous donnera aussi les démarches à suivre et le choix dans les matériaux : mobilier bois, différents essences nobles, du métal,  de l’inox poli , inox mat, laiton, cuir, céramique, bronze , etc…

Quelle priorité dans le choix de votre mobilier liturgique ?

La priorité est-elle le prix ? La durée de vie du mobilier ? Le style, les matériaux ? Évidemment tout le monde cherche le meilleur compromis dans la nouvelle acquisition de son mobilier d’église.

Par exemple des chaises en pailles de seigle (type MLCH0055) sont délaissées au profit de modèles en paille de marais… Entre ces deux offres, deux euros de différence pour une durée de vie trois à quatre fois supérieure. Sans compter la problématique des lieux humides où il vaut mieux préférer les chaises en assise bois (type MLCH0056) ou des bancs d’église.

Ce n’est pas la structure de la chaise qui s’abime dans un tout premier temps, c’est l’assise. Le prix de la chaise à racheter, pour une économie de 2 euros à la base, est à multiplier par le nombre des chaises, Quelle perte !

  Nous vous conseillons de faire votre choix en premier sur la qualité du mobilier d’église plutôt que par rapport à un premier prix. Cela fera une économie à la paroisse et aux collectivités en évitant de renouveler trop rapidement votre mobilier d’église de mauvaise qualité.

Investissez dans le mobilier et pensez au long terme dans l’intérêt des paroisses et des collectivités pour qui vous achetez.

Vient ensuite la qualité de fabrication du mobilier liturgique :

Pour les chaises il faut regarder les épaisseurs des carcasses (châssis) et les matériaux utilisés, surtout concernant les assises.

Pour les bancs, regarder les épaisseurs des lames d’assises et de dossiers. Pour notre part, nous travaillons en 32 mm. L’inclinaison des dossiers est à vérifier avec une règle. Où arrive la fuite du dossier ? sur la lame d’assise ? Vous pourriez avoir des surprises !

Concernant les sections de bois dans la fabrication du mobilier liturgique :  c’est important si votre banc mesure plus de 1 mètre. Si votre banc a une longueur qui dépasse 140 cm de longueur, les lames d’assises et dossiers seront en 32 mm d’épaisseur ou alors il faudra rajouter des lames de renfort sous les assises afin d’éviter leurs flexions (et l’effet « Trampoline »).

Pour les finitions des arrêtes de lames de dossier : sont-elles juste cassées ou avez-vous un quart de rond ?

Les artisans ont un devoir de conseil !

Concevoir du mobilier liturgique et suivre la fabrication du mobilier d’église requièrent une bonne connaissance du métier et la majorité des artisans ont une très grande capacité de fabrication, à vous d’en juger ! L’artisan aura toujours le souci du détail et à cœur de fabriquer le mobilier que vous lui aurez demandé selon les règles de l’art qu’il a apprises.

Vous avez des bancs parfois qui vous cassent le dos. Vous avez le droit d’avoir des bancs confortables, non ?  C’est évident nous sommes tous de morphologies différentes. Un minimum de paramètres et de subtilités sont à savoir et à prendre en compte dans la réalisation de la fabrication de mobilier d’église pour que la liturgie soit belle.

En résumé, pour la réalisation des bancs et des chaises d’église, les points très importants à regarder sont : la  hauteur d’assise, la profondeur des assises et l’inclinaison des dossiers.

N’oubliez jamais, ce n’est pas la beauté du banc qui fait le confort.

Vous avez besoin de conseils concernant le mobilier de votre lieu de culte ?

Le confort

Si l’assise bouge cela va être désagréable par cette flexion, préférez une assise incurvée légèrement pour éviter de glisser vos fesses en arrière. Même les vieux bancs avaient une forme en « V » très bien conçue. Pour éviter de glisser à l’avant ou à l’arrière du banc. Et de plus les enfants restaient assis sur ces bancs.

Vérifier la profondeur d’assise qui doit arriver jusque sous le dossier. Il n’y a rien de plus désagréable d’avoir les fesses dans le vide. Attention toutefois que les lames des bancs ne bougent pas : comment y remédier ?

Soit par des barres de renfort sous les assises qui peuvent s’appeler des raidisseurs soit en augmentant les sections des bois des assises et des dossiers. Exemple : épaisseurs des lames 32 mm avec une portée de 150cm environ. Il existe aussi la possibilité de garnir par des coussins de mousse à forte densité en général de 40 kilos, les assises, de 20 à 30 les dossiers et de 40 kg pour les agenouilloirs.

La finition

Selon le mobilier liturgique , son emplacement, sa fonction : tout est possible. C’est une question de goût : finition traditionnelle, mâte, satinée, cérusée, brossée, blanchie, naturelle, rouille ou à votre teinte.

Le choix de la teinte peut se faire avec un nuancier, un RAL* (grosse plaquette avec des centaines de références différentes existantes selon les matériaux, c’est une bonne base).

Pour le choix, l’emplacement où se trouve le mobilier liturgique est important.

Exemple : le mobilier liturgique destiné à aller dans le chœur de l’église : son environnement, quels sont les murs qui l’entourent ? Des boiseries ? Du torchis ? De la pierre apparente ?

Quel style d’ornementations ?

La finition des boiseries est-elle foncée, en chêne ou peinte ? Il faudra prendre en compte tous ces paramètres pour la finition du mobilier liturgique.

Personnellement pour la finition nous préférons voir le mobilier de chœur en situation et en fonction de son éclairage. C’est ce mobilier d’église qui doit être mis en valeur dans le chœur. La finition est donc d’un ton en dessous ou un ton au-dessus de la teinte des boiseries. Les murs limitent les lieux et définissent un espace du lieu de la liturgie. Le mobilier liturgique : l’autel, l’ambon et l’ensemble de présidence ressortiront par le style des matériaux choisi et le soin apporté aux lignes esthétiques du mobilier d’église, de la finition qui aura été sélectionnée lors de l’étude de la réalisation de ce mobilier de chœur au service la liturgie.

Nous vous conseillons de faire une différence entre la structure du bâtiment et le mobilier fixé aux murs, la couleur du sol. Que ces 3 pièces de mobilier qui ont la place de choix dans le chœur où se passe l’Eucharistie pour les chrétiens ne soient pas fondues dans la masse.

On peut aussi jouer sur l’aspect au niveau visuel des différents matériaux : marbre, pierre, bois, et faire de la finition (couleur) en faux marbre ton pierre, bois, bronze etc.

Pour le mobilier de l’assemblée, la finition des bancs ou des chaises, on restera sur le même principe de choix  de couleur .Ce sera toujours mieux de faire une différence entre le mobilier du chœur et celui de l’assemblée, par la teinte, et évidement par la ligne esthétique.

Certaines paroisses ont des églises très sombres, ici ce sera mieux de faire des finitions plus claires.

L’idée qui guide le choix de mobilier liturgique ?

Parfois ce n’est pas toujours simple d’apporter de nouvelles idées :

Notre savoir-faire est d’apporter un regard neuf, nous avons l’habitude et nous sommes spécialisés dans l’aménagement d’église et de différents lieux de culte, au service de la liturgie depuis 1988.

On ne peut se contenter du : « on a toujours fait comme ça » … »

Si on reste dans l’erreur car « ça a toujours été comme ça », nous devons corriger. 
On nous demande parfois des hauteurs spéciales : le prêtre est petit ou il est très grand… Pour faire le bon choix, il convient de se souvenir que personne n’est éternel sur cette terre. Nous ne sommes que de passage. Les hauteurs, les formats des tables de lectures, les ambons, les pupitres, les fauteuils de célébrants ont des largeurs et des profondeurs standards dont il vaut mieux s’inspirer pour qu’ils durent.

De la même manière, se méfier aussi des meubles disponibles seulement sur plan. Par exemple, attention  au mobilier liturgique imaginé pour des personnes qui pèsent 50 à 60 kilos 

  Parfois certains dessinateurs ou conceptrices oublient qu’ils font du mobilier pour les prêtres, les religieux, l’assemblée… pour des personnes de plus de 1m80 et de plus de 90 kilos. Les prêtres  ne pourront pas sortir des fauteuils de présidence s’ils ont des accoudoirs , etc…
Les paramètres à prendre en compte  sont nombreux . Quand on observe certains dessins de mobilier, on se demande comment les gens vont pouvoir s’asseoir : c’est très agréable à regarder mais est-ce confortable une fois fabriqué ?